François Villon Écrit l’ai l’an soixante et un Paroles

Écrit l’ai l’an soixante et un,

Que le bon roi me délivra

De la dure prison de Meun,

Et que vie me recouvra,

Dont suis, tant que mon cueur vivra,

Tenu vers lui m’humilier,

Ce que ferai tant qu’il mourra (1)

Bienfait ne se doit oublier.