Leila huissoud le bistrot paroles



J'ai inventé un bistrot tout près de chez moi


Pour les poètes, pour les poivrots et pourquoi pas.


Je me suis glissée dans ce bistrot à petits pas


Pour voyager dans leurs histoires qu'on ne croit pas.


Y'avait trop de vent sur la mer


Et trop de vagues dans leur verre


Et ils se sont noyés parfois.


Mais sur la terre ils me parlaient


De toutes les femmes qu'ils aimaient


Et de toutes celles qui ne les aimaient pas


Mais qui quand même la nuit tombée


Dans un bordel au cabaret


Se donnaient entre leurs bras.


Et derrière votre regard sévère


Qui donne l'impression d'un homme fier


Y'a plus que quelques rêves brisés


Par la société comme vous dites


Et par ces vieux cons hypocrites


À qui vous ne voulez pas ressembler.


Vous préférez de loin votre histoire Monsieur


Et votre réputation de vieux fou


Vous préférez de loin votre bar Monsieur


Et plutôt que con mieux vaut être saoul.


Sur votre tabouret de bar


Vous êtes bien là le pilier


Dans toutes ces belles histoires.


Et sur votre tabouret de bar


Est-ce votre vie que vous contez


Où celle que vous vouliez avoir.


Comme j'aimerais vous voir sourire Monsieur


Comme j'aimerais vous voir sourire Monsieur


Alors vous parlez de la mort


Comme si vous n'en aviez pas peur


Et là ironie du sort viennent vos pleurs.


Et effondré sur votre comptoir Monsieur


Bizarrement j'aime votre désespoir


Et effondré sur votre comptoir Monsieur


C'est déjà la fin de vos mémoires.


J'ai inventé un bistrot tout près de chez moi


Pour ce poète, pour ce poivrot et pourquoi pas


Je me suis glissée dans ce bistrot à petits pas


Pour voyager dans son histoire qu'on ne croit pas.


Y'avait trop de vent sur la mer


Et trop de vagues dans son verre


Et il s'est noyé cette fois.