Veronique Pestel Jeanne Hébuterne Paroles

{Parlé:}

Le peintre Amedeo Modigliani est mort jeune

Toxicomane, tuberculeux et alcoolique

Il laissait en mourant une petite fille d’un an

Et une femme, enceinte, Jeanne Hébuterne

Jeanne Hébuterne a le cœur gourd

Jeanne Hébuterne est fatiguée

Jeanne Hébuterne a le cœur gourd

Amedeo n’est pas rentré {x2}

Regarde sur la nappe blanche

Taches de peinture mêlées

À petits tas de poudre blanche

À grandes taches vinassées {x2}

N’est pas Frida la Mexicaine

Ni Delaunay ni Laurencin

N’est pas plus peintre qu’écrivaine

Jeanne Hébuterne est moins que rien {x2}

N’est pas l’épouse légendaire

N’est pas plus Elsa que Gala

D’un génie la muse ordinaire

La Jeanne n’en fut pas moins là

Jeanne n’en fut pas moins là

Jeanne Hébuterne a le corps gourd

Jeanne Hébuterne est effondrée

Jeanne Hébuterne a le corps gourd

Amedeo est décédé {x2}

Regarde sur la nappe blanche

Photo lointaine de l’aînée

Ventre tendu sous la peau blanche

Veuve et enceinte de l’aimé {x2}

Jeanne Hébuterne a le corps lourd

Écrasé contre la chaussée

Lourde du fruit de son amour

La Jeanne s’est défenestrée

Jeanne s’est défenestrée

Combien de Jeanne sur la Terre ?

Combien de Jeanne sur le tas ?

Combien de partage-misère

Dont le temps n’a pas fait choux gras ? {x2}

Autant que de génies sur Terre

Autant que de génies, je crois

Qui vont peupler le cimetière

De ceux dont on ne parle pas {x2}